toujours Auxéméry

Ta folie, monde. Une haute pensée te livre
et scelle votre alliance. En toute grâce,
épuise encore et les nombres et les noms.
Pas d'images, pas d'images. Il convient
qu'à satiété tu laisses advenir, monde,
ta folie. De l'ombre à l'ombre, l'iris,
et sur la surface de l'avènement,

pourvu d'yeux, tu suis ta voie.

3 commentaires:

  1. " La matière du réel suit cette ligne,
    de rivage à rivage entre les continents.
    J'existe à jamais dans la faille du rocher,
    dans le va-et-vient de la navette,
    dans la vacillation des voix.
    Le point d'application de la parole poétique
    suit la ligne de sens des corps appliqués
    à la lecture des accidents du monde :
    cicatrices que le temps humain signe
    sur les lèvres de pierre, sur les plaines d'herbes. "

    Auxéméry.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trouver la vérité
      au delà de la réalité
      recherche du poète
      recherche du peintre
      merci pour cet écho
      merci pour ces mots

      Supprimer
  2. Merci de nous faire découvrir ce poète que je ne connaissais pas.
    Adéquation, parfois, des mots d'un autre et de ce qu'on voit ou de ce qu'on vit...

    RépondreSupprimer