Matin

Ce matin je suis allé à pied.
De ce pas décidé, impatient sur le chemin.
De ce pas heureux et avide j'ai quitté la maison.
Dans l'ombre des falaises je me suis oublié à la joie d'être là.
J'avance hagard et insouciant, le doux souffle de l'air du jour s'infiltrait tout autour. La montagne avait peine à contenir la pression du soleil qui projette sa douce caresse à travers chaque interstice du relief. Les vagues tièdes commençaient à s'écouler par les flancs à travers les forêts d'ombres, poussant les nappes épaisses et froides des brumes de la nuit. Déferlant le long des pentes des cols. Les hautes falaises résistaient tant que possible avant de céder enfin et laisser la vague de lumière triomphante envahir la vallée.
Me submerger
Chaud, rassuré.
Mon corps poreux se délite. Je m'évapore avec l'herbe, l'arbre, le rocher.
Nos matières heureuses se rejoignent.
Filer sur le chemin qui remonte à la ferme, le long des murés au pied des vieux hêtres.
Traverser le près mouillé, sourire à la fleur et enjamber le ruisseau pressé.
Les maisons sont réveillées comme au début du monde.
Et enfin rentrer le sac rempli du pain tiède, de fromage et quelques poireaux. Un pot de miel aussi qui ce matin me comblera.

Travail sur la lumière. La vue de la vallée de St Martin en Vercors de la maison de mon ami Guénhael est un sujet qui me résiste, mais que je ne désespère pas de réussir un jour.


4 commentaires:

  1. Un des jolis coins de ce monde...
    Je m'y suis essayée aussi : il y a là une lumière qui appelle et qui en même temps résiste aux pinceaux. Tu y arriveras !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas, j'en est d’ailleurs trouvé le chemin,
      en noir et blanc et au graphite.

      Supprimer
  2. Pardonne-moi d'être franche mais celle-là je ne l'aime pas du tout, elle me crie dessus, elle m'agresse....
    cela me confirme que je n'aime pas la Couleur verte.... à part dans la nature....
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une étude, chemin indispensable pour trouver la peinture qui parlera à mon âme.

      Supprimer