Le dessinateur fou

A 42 ans Tarawaya Sôri de l'école Kanô, que ses célèbres peintures de femme japonaises ont rendu célèbre décide de prendre le non de HOKUSAI.
Obsédé par l'idée qu'il devait changer pour progresser, trouver une nouvelle expression dans le dessin, perfectionner son trait et bouleverser les traditions. Pauvre à  nouveau, pour se faire connaitre il décide de peindre une gigantesque toile en offrande à un temple en direct : 150 tatamis !
Le portrait fait par Shôtarô dans son manga nous montre un personnage instable, coléreux, narcissique, égoïste, obsédé sexuel (la femme au poulpe), ambitieux et éternellement insatisfait.
A cinquante ans il parcours la route du Tôkaîdo dessinant sans cesse.
A soixante sept il travaille ses "Trente six vues du mont Fuji" dont la célèbre "Grande vague de Kanagawa".

Dessiner, toujours, sans cesse et sans but parfois autre que se trouver. Difficile et passionnant chemin fait de doutes et de certitudes, de déceptions et de satisfactions.

Paysage du Vercors (encore) travaillé au graphite et à l'eau.
Les paysages du Vercors m'évoquent souvent la mer
Le graphite est une matière aux surprenantes et infinies possibilités. On peut en faire une pâte "aquarellable" en le mélangeant à de la gomme (et du miel éventuellement).
 Ainsi avec un pinceau on obtient un tracé plus spontané sur les grands formats. L'eau utilisée comme diluant ouvre aussi des possibilités étonnantes.






5 commentaires:

  1. Superbe ! Je suis fan.
    Quel format ?
    Utilises-tu un fixatif ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Anne
      Format 30*20
      avec la gomme (résine) comme liant, pas besoin de fixatif.

      Supprimer
  2. Doit-on en déduire que tu es à une croisée des chemins artistiques? En tout cas le graphite est aussi souple avec toi que l'aquarelle. Très belle vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je reste toujours sur la même démarche, la recherche de la puissance émotionnelle des images et des paysages surtout qui jalonnent mon chemin de vie. J'adapte le médium parfois. Et il est bien parfois de sortir de ses habitudes pour développer sa créativité et sa technique. Cela dit le dessin m'est familier, un compagnon que je fréquente et maitrise (si l'on peut dire que l'on maitrise la dessin) depuis longtemps maintenant... depuis toujours me semble t-il.
      merci pour le compliment.

      Supprimer