Le cormoran(2)





Je regagne le bateau et nous filons à travers la baie pour arriver au port de cabotage accueillis par deux gigantesques ferrys qui font la liaison entre le continent et la corse. Dressés comme deux sphinx, ils nous laissent passer. Le voilier est soulevé,  puis posé sur ses cales au-devant de la ville. Nous sommes aussitôt au travail. Les journées seront longues car les tâches ne manquent pas. C’est hors de l’eau que l’on soigne les bateaux. Réparer, nettoyer, frotter et repeindre la coque étant les plus urgentes. Mon  cerveau s’oublie dans ces travaux sans émotions. Rester assidu à la tâche, régulier,  inflexible. Il reste la satisfaction de ne pas avoir failli et finit le travail proprement. Quel plaisir de défaire l’adhésif qui préserve de la peinture la coque au-dessus de la ligne de flottaison. La surface repeinte s’étend lisse, pour se finir sur un bord au trait parfait qui donne à l’ouvrage sa ligne fière comme ce bien beau bateau prêt à parcourir les mers.
Les soirs nous sommes repus et rejoignons notre abri. Cette cabine suspendue sans mer, dans la nuit agitée par les lumières de la citée.

19 commentaires:

  1. C'est beau de nous faire partager tes impressions, on s'y croirait presque.... c'est toi là-bas dressé seul comme un cormoran qui apprécie cette autre vie qui sort de la routine ? Eh bien profites-en bien et ramène-nous tes beaux souvenirs qui nous permettent à nous aussi d'oublier la grisaille de la vie....mais ces airs de printemps nous redonnent l'espoir et le goût de vivre, le soleil réchauffe nos pensées et nos corps fatigués et soudain la vie est belle.... je te souhaite encore de beaux moments inoubliables.... je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau message tu me transmet là encore. Merci pour ta présence et tes encouragements.
      la vie est belle effectivement et faite de contrastes aussi.

      Supprimer
    2. Et elle vaut tellement d'être vécue, rien que pour toutes ces beautés qu'elle nous offre et qu'on oublie parfois de regarder, de comprendre et d'apprécier, tout l'amour, tout le partage, toute l'amitié sans lesquels nous ne serions rien.... à bientôt

      Supprimer
  2. ce bateau suspendu;;;;;;;;;;;;OUH il ne faut oublier au petit matin qu'il est sur cale et à sec!!! et être bien réveillé!!!! DILE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de crainte, je n'ai pas plongé ces fois ci pour rejoindre les poissons. La mer était trop dure.
      L'histoire du réveil, c'est pour la suite (cormoran3).
      bises

      Supprimer
  3. j'aime bien les pavés dans l'eau super!!

    RépondreSupprimer
  4. comme il est beau ton carnet Hervé... que de rêves ... beau voyage à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claire. J'espère que le tient est tout autant rempli de rêves.
      Je suis bien content d'avoir de tes nouvelles.

      Supprimer
  5. Très beau compte rendu de cette semaine passée tous les 2 a grutter , caler , nettoyer , gratter , poncer ,karcheriser , résiner , gel coater , peindre ,polir , lustrer etc.....Dur travail au si beau résultat...
    Merci à toi mon ami , qui a quand même trouvé le temps de dessiner et peindre autre chose que 2 couches d'antifouling arrosées de bouillie bordelaise
    L'insolite PH capitaine par délégation de son chef de bord CG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci surtout à toi pour ces beaux moments partagés, ton soutient et ton amitié. Je suis impatient de reprendre la mer à tes cotés

      Supprimer
  6. dommage j'ai 20 ans de trop et je ne suis pas un homme ...Moussaillon utile sur un bateau
    sinon, j'aurais proposé mes services pour voguer loin loin;;;afin que l'oeil n'en puisse plus de se perdre à l'horizon et l'odeur de la mer et les embruns et et et...Mais pas de regret , ai eu mes heures de mer divines...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin d'être un homme pour être moussaillon ou quoi que se soit. Sauf coq, il faut être un homme pour être un coq. J'aimerai bien naviguer avec, et après tout pourquoi pas !
      Au moins tu me racontera tes heures de mer divines ..

      Supprimer
    2. Je peux venir aussi ? me prendrais-tu aussi comme moussaillonne avec Odile et j'oublierais mes soucis du moment, le stress au boulot et en famille, la "vraie" vie quoi.... j'aimerais bien m'enfuir queque fois, loin d'ici, avec juste le bruit des vagues et le chant des cormorans ( au fait ils chantent les cormorans ? ) on peut rêver n'est-ce pas ? et puis j'ai pas trop le pied marin, je préfère l'aventure sous la mer, rencontrer les poissons et les tortues, et faire des bulles.... bises

      Supprimer
  7. chiche Evelyne un jour on s'enmousaillone et nous partons;;il suffit malgré tout de l'organiser et de prévenir nos proches tout de même...RESTE que moi, je ne sais pas barrer un bateau et toi?

    RépondreSupprimer
  8. J'me sens juste mal sur un bateau, ca va pas être triste !!!! je préfère la plage, le sable chaud, me jeter dans les vagues, plonger avec les dauphins, etc... et être avec quelqu'un qui me dorlote un peu....
    tu m'écris quand Odile ? on se retrouve toujours par ici chez ce beau Hervé, le cormoran solitaire

    RépondreSupprimer
  9. oui, juste commencer evelyne.!!!..Je pars quelques jours à PANAME et t'écris; tu as raison et pardon à HERVE!!!! que je salue devant le roi soleil triomphant encore ce matin!!! comme le faisaient les egyptiens je me réveille lorsqu'il fait beau et me recharge à ses rayons pour la journée;;mieux que des piles/////
    essayez

    RépondreSupprimer
  10. Que j'aime cet Homme debout sur le port !
    Merci de ces peintures qui font résonner nos sensibilités, hors de toute raison....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prenez garde à ce que vous dites. cet homme sur le port c'est moi.
      :-)

      Supprimer