La longue route, devant

Si je vous dit que ma peinture évoque la difficile conciliation entre la fidélité aux autres et la fidélité à soi, vous ne me croirez pas !
Et pourtant.
Aquarelle 50*50
Nouvelle palette, et moyen format, papier sur châssis.
Long travail (trop) sur la texture du feuillage, pour que les arbres aient leur propre lumière, comme un rayonnement doux.

10 commentaires:

  1. Si si je te crois....superbe travail :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serais tu capable de croire à n'importe quoi ? Non, je te connais suffisamment pour savoir que tu plaisante. Merci pour le compliment en tout cas.

      Supprimer
    2. Moi je ne plaisante pas et je te crois aussi. Comment faire ?...

      Supprimer
    3. Je m'incline, à deux vous êtes trop forts. Fidèle à soi, aux autres et sa route dirons nous.

      Supprimer
  2. Et pourquoi il n'y a pas de neige sur les arbres, cela me manque un peu et qu'y-a-t'il au bout de cette longue route ? Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont les premières neiges d'automne qui ne tiennent pas sur les feuilles. Et au bout de la route il y a ce qui est au bout de chaque route ... autre chose.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci .
      Je pensais que tes travaux photographiques cherchent ce qu'il y a d'unique dans des lieux communs, alors que mes peintures cherchent ce qu'il y a de commun dans des lieux uniques.

      Supprimer
  4. Un soir d'hiver, une bien jolie route qui donne envie d'aller voir là bas ,au de delà brume.
    La perspective est très belle et le contraste des arbres avec le blanc de la neige et le ciel brumeux est saisissant.

    RépondreSupprimer
  5. Aller voir bien sur, au delà et au deçà, car la route et devant quant on avance mais derrière si on se retourne. Reste les arbres dans le présent que le temps ne semble pas toucher.
    Entre deux "au" en quelque sorte.
    Merci !

    RépondreSupprimer