Torchon aussi

Me voilà à nouveau sur des travaux de "natures mortes". Les raisin étant mon sujet actuel, celui entre autre que mes élèves de l'atelier travaillent. Désireux d'en exécuter un grand format (50*40) il me manquait un élément pour accompagner ces raisins. Je l'ai découvert dans le blog de Anne qui faisait travailler ses élèves sur les torchons. Et voilà ....
merci l'atelier bleu.

17 commentaires:

  1. he! mais t'es qu'un copiteur!!!!continue de t'inspirer pour notre plus grand plaisir j'aime bien ta composition
    et que penses tu du défi de cette semaine charlotte mounia!!!!ah ah ! j'attends de voir!!!bonwend

    RépondreSupprimer
  2. Copiteur, n'est pas vraiment le mot, Odile. Ce n'est d'une part pas mon premier torchon peint dans mes décennies de pratiques de l'aquarelle. Et d'autre part les peintres se glissent des envies de sujet parfois, comme on peut le voir dans les galeries ou expo. Je me trouve plutôt à l'origine de certains sujets.
    Je ferais le défit mais probablement une autre semaine.... d'autres travaux m'obligent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh là, je plaisantais;;;sur le copiteur;;je te taquinais , pas plus...
      D'autre part je ne sais plus quel grand artiste a dit" copier n'est pas tricher" peut etre rodin???qui copiait les anciens ,,sculpture.. l'anatomie les sculptures grecs: indispensable...incontournable
      par contre rodin ,lui exagérait , toutes les mains et les pieds des sculptures auraient été réalisées par camille claudel...je me méfie "auraient été"
      BON, je ne pense pas que tu sois susceptible et si oui, tu annonces la couleur et je fais très très attention..j'ai tout interêt parce que lorsque je te retrouverai prof en face de moi, ouille ouille
      odile

      Supprimer
    2. Je ne suis plus guère susceptible, Odile ... quoi que. Mais il est un sujet sensible quand on est peintre, et tu as mis le doigt dessus. Celui de l’authenticité d'une oeuvre. Il m'a fallu de longues années de travail et de recherches pour arriver à faire sortir ce que j'ai dans la tête. C'est une démarche de vie ou se croise technique et intimité. Et la démarche est liée au sens de l'oeuvre, indissociable, ou on n'est pas un artiste. Sinon, pourquoi peindre ? Cette peinture donc raconte une histoire de ma vie, comme toutes les autres et leur puissance émotionnelle réside en cela. Alors oui, "copiteur" peut me vexer malgré la convivialité du message, même si je te connais un naturel amical et bienveillant. Cela doit être mon mauvais caractère ou mes origines latines. J'vai en parler à mon psy !

      Supprimer
    3. tout sauf vouloir te blesser..je l'ai fait involontairement ..PARDON
      Surtout que je ne suis qu'admirative de ton travail si magnifique, si personnel et qui transpire tout ce que tu es...je veux parfois plaisanter mais ne suis pas assez fine pour me le permettre..REPARDON sincèrement
      je devais penser que tu es tellement au dessus de beaucoup que cela ne pouvait que te faire sourire...tu vois, il arrive de bien se tromper..
      heureusement que tu as un blog sur lequel tu nous fais profiter de ton travail dont je ne pourrais plus me passer.
      modestement j'essaie péniblement de réaliser des torchons avec ombres et tout , c'est dur dur...
      JE te souhaite encore et toujours de jolies émotions artistiques
      bises dile

      Supprimer
    4. Merci Odile, passons le torchon sur ma susceptibilité si tu le veux bien. Je n'en suis pas très fier, même si elle n'est pas violente.
      :-)

      Supprimer
    5. avec plaisir et à mardi?

      Supprimer
    6. Pourquoi mardi ? J'ai encore oublié un truc ?

      Supprimer
    7. et pourquoi pas MARDI???

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci Evelyne,
      mais les drapés ce n'est pas très difficile à peindre, et ça a de l'effet. Les raisins par contre, c'est beaucoup plus difficile à cause de la transparence.

      Supprimer
    2. J'aimerais bien t'avoir comme professeur pour m'apprendre toutes ces choses, les ombres, les transparences, les drapés, les arbres et aimer la couleur verte... je comprends ta susceptibilité, j'suis pareille, je sais seulement pas si ce sont mes origines alsaciennes ou du sud, va savoir...je ressens mes peintures comme toi, elles racontent ma vie, mes espoirs, mes souvenirs, mes sensations...
      Bises

      Supprimer
    3. Je ne pense pas que les origines aient beaucoup à voir avec la sensibilité. C'est un trait commun de beaucoup de peintres en tout cas. Et c'est pour cela que tu peints. Devant la feuille nous sommes tous égaux.

      Supprimer
    4. pas la sensiblité, là je suis d'accord avec toi, je parlais de la susceptibilité, c'est pas tout à fait la même chose... je sais que je suis très sensible, mais susceptible aussi...

      Supprimer
  4. Pas très difficile.... faut voir, parce que souvent;, mes drapés sont très, voir trop amidonnés. Il n'est pas aisé de réussir à rendre la légèreté d'un tissu. en tout cas, tu nous livres là un beau travail, les raisins sont particulièrement appétissants.

    RépondreSupprimer
  5. Pour enlever les excès d'amidon, il faut cracher dessus. C'est pas très élégant mais la salive c'est efficace.
    C'est en fondant que l'on travaille la transparence, quand les ombres se fondent dans la lumière...tu vois ?
    Pas très clair tout ça, il faut que je travaille ma pédagogie aussi.
    :-)

    RépondreSupprimer
  6. pour 2014,,,,,je prends la résolution de cracher sur mes aquarelles pour travailler la transparence lorsque les ombres se fonderont dans la lumière......
    AU fait pour le riz et enlever l'amidon du gluten: ça marcherait????il ne faudrait pas que le riz soit susceptible et que les invités ne me voient pas ...

    RépondreSupprimer