Un nouveau défi de Charlotte pour commencer une histoire ... à suivre.




EPILOGUE
trésor

Certaines histoires pourraient n'avoir aucun lien entre elles. D'autres en seront fortes, acteurs, lieux et évènements. Chaque histoire est un édifice en soit, mais participe aussi à la construction plus vaste de la vie. Et il arrive enfin que ces histoires convergent. Elles portent alors chacune des propriétés intrinsèques et indispensables à la réalisation commune.

C'est sur ce point de fuite que se décide l'être que sera Jean désormais.
Des rendez vous et d'autres manqués.
Des rencontres et des amis partis.
Des caresses et d'autres perdues.
Des mots d'amour et d'autres d'indifférence.
De nouveaux espoirs mais aussi la peur d'être déçu, la déception de s'être égaré.
Et des souvenirs qui remplissent l'océan obscure de sa mémoire.
Chacun son lieu, chacun son aventure

Jean étalait précautionneusement  les objets nouveaux de cet été. Des cartes de sa fille , loin de lui mais qu'il allait bientôt retrouver. Deux cartes de sa compagne qu'il avait bel et bien perdue. Des trésors ramassés dans la mer, avec lesquels il fabriquait des bijoux. Une horloge arrêté à huit heures. Des cadeaux offerts, fabriqués de papier et de cailloux, de mots et de couleurs. Autant d'échanges sincères et d'émotions partagées dans l'amitié d'un moment. Et enfin, une boite pour les contenir, ainsi qu'un cœur trop sensible  pour les regarder.
Jean prit précieusement l'un d'eux dans le creux de sa main. C'était une petite bouteille. Une petite bouteille remplie de galets que la mer à façonné et échoué sur la rive. Une petite bouteille remplie d'éclats de couleurs qui explosaient à la lumière du soleil. Eclats de verre aux infinies nuances usés comme autant d'histoires sur son chemin de vie. Eclats de verre changeant sous l'éclairage des jours et des nuits. Quelle est la véritable histoire ? Ils étaient là dans cette petite bouteille portant en eux l'histoire de sa vie passée et de celle de la vie qui commençait. Tout convergeait maintenant dans cette petite bouteille dans le creux de sa main. Tout pouvait en sortir comme une énergie folle concentrée dans sa matière. Jean était ivre de vie et désespéré. Qu'allait il faire désormais de ce trésor ?

Ainsi se finit et commence l'histoire de Jean, l'histoire de ses ruptures.

5 commentaires:

  1. belle histoire sensible à suivre...
    donne nous les dates des stages exterieurs...barbirey par exemple???
    merci dile

    RépondreSupprimer
  2. Pour les dates, j’attends de savoir si mon travail avec l'atelier bleu continue ou pas. J’attends la réponse et les dates de Anne. Cela est précipité et ma structure n'est pas complètement en place.
    La semaine prochaine je pense aller passer un après midi à Fixey ( notre Bretagne de calcaire) ou à Barbirey ( végétal ). Si cela se fait, on peut s'y retrouver. Le plus simple est que tu m'envoies un courriel avec tes coordonnées téléphoniques et que je te contact si le temps me permet de m'accorder le plaisir de partager à nouveau un moment de peinture avec toi.

    RépondreSupprimer
  3. Par ailleurs, si cela intéresse quelqu'un il est le bienvenu. Une façon de reculer la rentrée et de profiter de ce magnifique été. plus on est de fou, plus on s'amuse, dit on !

    RépondreSupprimer
  4. C'est très beau... la bouteille, et l'histoire qui va avec...

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce compliment.
    La bouteille est une image de l'histoire, plus exactement de plusieurs histoires qui se croisent à un moment et que j'ai besoin de raconter. Alors j’écris et illustre ces histoires, comme le ferai un peintre écrivain, sans recherche d'une forme particulière, mais dans l'intensité des émotions qui m'ont bouleversées ces derniers temps. Je laisse mes projets d'expo pour me consacrer à ce travail, et espère avoir les épaules pour le finir.

    RépondreSupprimer