Locataire

Un nouveau locataire s'est installé à l'atelier
Et semble bien s'y trouver
Pas près de nous quitter celui là
Mais ça me va


Insolite

Enfin achevé, le carnet qui illustre ma traversé de la mer Méditerranée avec Pierre Henry capitaine de l'Insolite. Il ne me reste plus qu'à lui remettre.





Portrait

La semaine passée à été marquée par la visite d'une journaliste et d'un photographe (tout aussi chevelu que moi) à mon atelier. Il m'était demandé de présenter l'atelier "Au fil de l'eau' et de poser pour une photo. Je suis impatient de savoir à quoi je ressemble.



Marée Basse pas à pas

Je suis intervenu pour donner un cours de peinture dans l'association "Eaux en couleurs". Journée chargé mais très agréable. Apprendre certes mais aussi partager le plaisir de peindre avec des personnes bien sympathiques.



Nous avons abordé dans ce cours différentes associations de couleurs de lumières et de couleurs dominantes dans un sujet de marine. En voici deux exemples.



Et pour finir rien de mieux qu'un pas à pas pour pratiquer seul.

Après avoir masqué les parties du bateau que je souhaite laisser blanche, je dégrade mon ciel bleu en épongeant le bas pour avoir une ligne de nuages à l'horizon. Je dégrade l'eau de la même couleur mais dans l'autre sens.



Avec ma couleur dominante je peints les nuages ,puis la cote en deux étapes, et la partie du bateau ombrée ainsi que son reflet.



La plage et les rochers sont traités en ocre et terre sienne brûlée. La couleur du bateau est turquoise.



Aimer pour résister

N'oublions pas qui nous avons été afin d'être à la hauteur de qui nous sommes.

Il y aura une heure de pleine fraternité, comme il y a une heure de plein midi. Ne perds pas courage, ô pitié ! Quant à moi, je ne me lasserai pas, et ce que j’ai écrit dans tous mes livres, ce que j’ai attesté par tous mes actes, ce que j’ai dit à tous les auditoires, à la tribune des pairs comme dans le cimetière des proscrits, à l’assemblée nationale de France comme à la fenêtre lapidée de la place des Barricades de Bruxelles, je l’attesterai, je l’écrirai, et je le dirai sans cesse : il faut s’aimer, s’aimer, s’aimer ! Les heureux doivent avoir pour malheur les malheureux. L’égoïsme social est un commencement de sépulcre. Voulons-nous vivre, mêlons nos cœurs, et soyons l’immense genre humain. Marchons en avant, remorquons en arrière. La prospérité matérielle n’est pas la félicité morale, l’étourdissement n’est pas la guérison, l’oubli n’est pas le paiement. Aidons, protégeons, secourons, avouons la faute publique et réparons-la. Tout ce qui souffre accuse, tout ce qui pleure dans l’individu saigne dans la société, personne n’est tout seul, toutes les fibres vivantes tressaillent ensemble et se confondent, les petits doivent être sacrés aux grands, et c’est du droit de tous les faibles que se compose le devoir de tous les forts.

Victor Hugo, Le Droit et la Loi, 1875


Peut être était ce là une époque ou l'on faisait de la politique avec plus de 50 mots, même si un seul suffit.

Que la neige est blanche

Blanche est la neige, comme le papier.
Bleu est l'ombre, heureusement sinon nous n'aurions rien à peindre.


Je vous conseille de vous essayer à ce petit exercice qui s'avère pas aussi simple qu'il n'en parait.

Que la montagne est belle

Et même si mon corps ces derniers jours ne me permet pas d'être sur les pentes, la montagne reste toujours là dans mon cœur et dans mes rêves.


Travailler le blanc par l'absence de peinture.

Reliure

Ce samedi de janvier j'ai participé au stage "fabriquer son carnet" co-animé par Anne Le Maître et Marie Gentil


Occasion pour moi de fabriquer un portfolio pour ranger mes aquarelles de cours...
notamment celles du stage "Marines".



Sobre à l'extérieur, ce qui compte est à l'intérieur...
Fermeture  aimant, quel standing !



J'ai compté qu'il me restait 12 carnets à faire pour ranger tous mes travaux...
J'espère que l'hiver sera long.

pas sur l'eau

Les lumières changent vite en mer. Il faut être prompt à changer de couleur. 
Ce soir je sort de ma palette un bleu de Delft et un Brun Van Dyck.
La première couche légère n'a pour but que de laisser blanc la tache de lumière sur l'eau à droite et de travailler par quelques subtiles nuances (invisibles en photo) le ciel à l'horizon.
Travailler à la brosse le ciel avec des mélanges non homogènes de nos deux couleurs. Gestes surs, rapides, sans reprise ni remords. Gros pinceaux obligés.
Même mélange pour la côte et la mer.
Y a plus qu'à y placer des bateaux ... sur l'eau.



Neige et montagne

L’hiver est froid mais la neige n'est pas encore là. Cela n'a pas empêché cette année un programme chargé sur le thème "neige et montagne".
Pour commencer dans la Drome à Saint Restitut, invité par Nadia Verdon, elle m'a confié ses élèves pour deux week-end de stage.

Nous nous sommes retrouvé aussi à Dijon pour le désormais rituel  "Un samedi par mois" dans les locaux du club alpin sur le même thème.
Et enfin le stage hebdomadaire de cet automne étant "Paysages et atmosphère", il fallait bien finir par quelques montagnes enneigées peintes à l'aquarelle. 
Alors pour ceux qui n'en ont pas assez, je vous propose ce petit exercice... pas simple du tout.
A bientôt

Presse

Dans le dernier numéro hivernal de "Plaisir de peindre", vous trouverez un article très sympathique consacré à mon travail d'aquarelliste ou je dévoile quelques conseils pour peindre la neige.

On y retrouve les visuels de quelques exercices que je propose dans mes stage d'apprentissage de la peinture de neige et montagne.

Avignon

Cette année l'exposition de l' ECWS à lieux à Avignon.
Une de mes peintures y sera présentée, "Le Grand Combin" parmi 208 exposants de toute l'Europe



So long Léonard

Cohen nous quitte
Même si les poètes ne meurent jamais
Aujourd'hui je vais pleurer




encore un départ


Sur la terre la vie résiste
Alors la mer invite
Quelques pas sur la jetée 
Finissent par me persuader
Même si ailleurs est un leurre
Il est temps d'y aller
Pour ne pas m'enfermer dans la complexité
Jeter l'ancre et naviguer
Sans autre intention qu'oublier
Que sur la terre la vie résiste.

pas à pas sur la mer

La mer nettoie tout
même les pinceaux
Je commence par le ciel, sans déborder sur la mer pour conserver les reflets blancs sur l'eau. Jaune et rouge sur mouillé. Dégrader le orange sur la mer en conservant l'horizon blanc.
Les nuages sont bleu cobalt avec du rouge sur l’horizon et une pointe de brun pour les plus sombres. Je travaille sur une surface mouillée avec de la gomme arabique diluée à 50%.
Je traite la première teinte de la cote plutôt violacée et commence à travailler la texture de l'eau avec ce mélange.
Même mélange pour la deuxième cote et l'eau. 
Et ensuite la troisième cote, la plus proche..

A bientôt, quand je m'échouerai.

Sculptures

Les sculptures sont de très bons sujets pour travailler le modelé. Toujours dans la même idée je vous invite à traiter ces sujets en cherchant le contraste entre lumière et ombre. Le travail doit finir par être rapide spontané. Ne soyez pas timide sur l'eau et osez charger avec du pigment. N'hésitez pas à recommencer. Deux sujets, le premier en dominante sombre avec contre jour, et le suivant pleine lumière à dominante blanc.


La fontaine de Casini à Marseille offre des détails d'une sensualité à à faire trembler  le cœur des hommes... 




... et des femmes.



Mais je suis persuadé que dans votre ville fontaines ou sculptures ne manquent pas, et pourquoi pas un bestiaire.


A bientôt...

Fenêtre

Autre sujet certes, mais toujours dans l’intention de travailler le contraste entre lumière et ombre. 
Encore une fois il faut aller chercher des ombres très noires en travaillant par superposition.
Le dessin est simple mais précis.
Traiter la texture de la pierre en premier, sans se soucier des ombres mais sans déborder sur le blanc de l'extérieur. Utiliser plusieurs terres et ajouter une pointe de bleu outremer pour avoir du gris parfois. La texture doit être irrégulière.
Travailler enfin l'ombre en superposant des couches chargées obtenues en mélangeant un bleu (outremer ou indigo) une terre noire (Van Dyck ou sépia) et si nécessaire un peut de Payne.
A bientôt ...



Vous préférez le thé.

Si le café ne vous convient pas nous pouvons aussi partager le thé... mais pensez à apporter vos pinceaux. 
Pour cet exercice, après avoir réalisé un dessin précis, il faut poser la peinture en un passage, sans superposition... je suis parti du bec pour faire le tour et ne poser le pinceau que pour souffler en fin de travail.
Il faut être généreux en peinture, mais aussi en eau , tout réside dans l'équilibre de la charge. Pour une fois cette aquarelle peut être faite avec du papier "Moulin du coq". Il faut bien sur un papier solide au séchage uniforme. 
Pour la couleur, je propose un mélange Gris de Payne bleuté et Brun Van Dick. 

Si on partageait un café

Petit "pas à pas" de rentrée, une tasse de café avec et sans gomme à masquer.

Première tasse

Je peint le fond par bandes en légère diagonale en alternant Terre sienne brûlée, rouge clair, brun Van Dyck sur la moitié basse. En montant je ne garde que le brun auquel j'ajoute du bleu outremer.
Je renforce la partie haute avec le mélange brun bleu. et trace des nervures pour créer la texture de ronce de chaîne.
J'équilibre le tout par une couche transparente de brun.
Les ombres de la tasse sont travaillées avec le mélange bleu, brun. La mousse de café est faite avec un mélange de jaune de Naples et terre sienne brûlée.

Deuxième tasse
Je protège cette fois ci la tasse avec de la gomme à masquer. Je dégrade un mélange de bleu et brun du haut vers le bas.
J'applique ensuite les couleurs du bas et fonce le haut par tache mouillées généreuse ... flip, flop, spash ! On en lève ensuite le gomme à masquer.
Je travaille les ombres de la tasse par couches successives en commençant par le plus clair (tout ce qui ne reste pas blanc), avec un mélange bleu brun.
Une deuxième couche pour les ombres plus fortes.
Et pour finir la mousse du café avec un mélange Jaune de Naples et terre sienne brûlée.